La route du thé et des fleurs

La route du thé et des fleursRobert Fortune
Petite bibliothèque Payot
205 pages

Résumé:

Rien ne prédisposait l'Écossais Robert Fortune (1813-1880), paisible botaniste, à une vie d'aventures. A la fin des années 1840, l'East India Company le fait quérir de toute urgence : il est le seul à pouvoir percer les secrets du thé chinois et de sa qualité exceptionnelle ; on attend donc de lui qu'il se fasse espion pour pénétrer en Chine, dérober les plans des meilleures variétés, étudier les techniques de préparation des feuilles. Fortune réussira : il ramènera pas moins de vingt mille pieds qui seront aussitôt plantés sur les contreforts de l'Himalaya puis à Ceylan. Ce qui fait le bonheur de son récit, outre les aventures en cascade, c'est la curiosité gourmande du voyageur rendu inconscient du danger par son émerveillement inépuisable devant les splendeurs qu'il découvre. Curiosité telle, d'ailleurs, qu'il n'aura qu'une envie au terme de sa mission: retourner en Chine.

Mon commentaire:

Robert Fortune est un brillant jeune botaniste lorsqu'on fait appel à lui pour infiltrer la Chine et se rendre dans les régions normalement inaccessibles aux étrangers. Déguisé en Mandarin, il prend la route avec quelques domestiques et des porteurs pour découvrir le secret du thé chinois. Il devra réussir à détourner l'attention qu'un étranger peut attirer, circuler aisément dans la Chine centrale, tout en ayant des manières conformes à ce qu'attendent les chinois entre eux. Le maniement des baguettes, les coutumes et la nourriture n'ont plus de secret pour lui. Au fil du temps et de son voyage, il récupère de nombreux plants de thés, de fleurs et d'arbustes en tout genre, il enverra également à la compagnie qui l'emploie, des quantitées de graines. Après avoir constaté qu'elles ne se rendent pas toujours en gardant une bonne qualité, il devra remédier à cette situation en trouvant un moyen de faire parvenir sa précieuse cargaison à bon port.

Ce livre de voyage est très intéressant puisqu'il nous plonge dans la Chine des années 1840, à travers le parcours d'un anglais fort habile à trouver ce qu'il veut. Son récit nous parle de son voyage, des différents arrêts en cours de route, des personnages rencontrés, des coutumes auxquelles il a dû se plier et de sa découverte du magnifique paysage ainsi que son travail pour rapporter des jeunes plants sains pour l'East India Compagny.

Seul bémol à ce très beau récit: l'impression d'une carte dans le volume, retraçant le périple de Robert Fortune aurait grandement été appréciée et aurait contribué au plaisir de la lecture en nous permettant de se faire une idée du voyage du botaniste. Un autre point à soulever: une note de l'éditeur en début de page nous indique qu'un récit partiel de ce texte avait déjà paru chez Hachette et que celui de Payot est le texte de l'édition originale parue chez John Murray en 1852. Toutefois on y indique que cette version ne comprend pas les chapitres techniques concernant la culture du thé et sa préparation. Je me demande à quel point ces chapitres sont importants et à quels points leur traduction aurait pu être intéressante...

Bref, La route du thé et des fleurs est un beau récit de voyage, que j'ai très apprécié et dont je lirai probablement la suite: Le vagabond des fleurs. À conseiller à tous ceux intéressés par le thé et aussi par la Chine, car ce voyage prend aussi des allures d'expédition.

Quelques extraits:

"Prenez les choses avec calme, et ne perdez jamais votre sang-froid. Telle doit être la devise de tout voyageur, mais surtout du voyageur en Chine." p.22

"Nos chaises étaient prêtes; nous ne nous fîmes pas dire deux fois de partir, et, un peu avant la nuit, nous arrivions à notre destination, au pied de la célèbre montagne de Sung-lo-shan, où le thé vert fut, dit-on, découvert jadis par un saint homme, fondateur d'un monastère qui subsiste encore en ces lieux et qui passe pour produire les thés les plus précieux du pays." p.59

"Le thé a toutes les vertus: cultive-le et il répandra généreusement ses bienfaits; bois-le et les esprits animaux s'en trouveront rafaillardis et magnifiés." p.155

Commentaires (6)

1. keisha (site web) 2013-02-13

Oh mais je l'ai lu il y a un bout de temps, celui là, pas trop de souvenir. Je suis 'accord avec les bémols, une carte aurait servi!

2. Marilyne (site web) 2013-02-13

Ah, les grands esprits, ce livre vient de me rejoindre ! Je reviendrai lire... après :)

3. geneviev (site web) 2013-02-13

@Keisha: Oui! J'aime bien savoir où je vais ;)

4. geneviev (site web) 2013-02-13

@Marilyne: J'ai très envie de lire la "suite". J'ai bien aimé cette écriture et la façon dont le voyage est raconté.

5. Flo (site web) 2013-02-18

J'imagine qu'il sortira de ma PAL un jour. Je crois que le fait que les Rosbeefs aient joué ce coup pendable à la Chine (pour finalement implanter du thé en Inde, thé que je n'aime pas vraiment, même le si vanté Darjeeling), ça m'énerve un peu. Mais, évidemment, c'est un "must-read" quand on s'intéresse au thé.

6. geneviev (site web) 2013-02-18

@Flo: c'est un très beau livre. Mais j'avoue que c'est un coup pendable qu'on peut condamner. Sauf que ça offre un récit intéressant, quand même! Et comme tu dis, quand on s'intéresse au thé... ;)

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau